Hello tout le monde !

J'espère que vous allez bien ! Aujourd'hui, petite présentation du livre reçu lors de la dernière opération Masse Critique de Babelio :

Cacao, de Michèle Kahn, éd. Cairn.

09 Cacao

Ce roman historique foisonnant se déroule (pour l'intrigue principale) dans les années 1760 à Bayonne. Dans cette ville, la communauté "portugaise", entendez les juifs réfugiés en France après avoir fui l'Inquisition et les persécutions en Espagne et au Portugal, s'est spécialisée dans l'importation et la vente du cacao et du chocolat (à boire), substance revigorante et raffinée qui fait le bonheur des bourgeois bayonnais. Mais les vexations infligées à ces non-chrétiens s'accentuent et restrictions et interdits se multiplient ... jusqu'à ce que l'interdiction de faire commerce de chocolat dans la ville ne vienne frapper de plein fouet la famille Alvarez Sarmiento. Commence alors pour David, le patriarche, sa petite-fille Lune et Raphaël, nain recueilli par la famille depuis longtemps, une quête de mémoire et de patience pour remonter les méandres de l'Histoire et prouver à tous que le cacao a bien été rapporté des Amériques et introduit en France par leurs ancêtres. A travers les siècles et les océans, nous suivons donc les périples de différents membres de la famille Alvarez Sarmiento. Et c'est par les voix alternées de Lune, David et Raphaël que cette histoire se découvre.


Je dois avouer que j'ai tourné autour de ce livre quelques semaines en lisant de petits morceaux à la fois, avant de finalement m'immerger dans les méandres de la quête de David et Lune. Les récits d'aventures (la rencontre de Moctezuma et de Cortès), l'enfance du patriarche à Saint-Domingue se mêlent à la vie de nos protagonistes dans cette Bayonne de la fin du XVIIIème siècle. La place de la religion, les tractations politiques et judiciaires résonnent fortement dans l'histoire de cette famille juive. On s'attache aux personnages de Lune et de son grand-père, mais également à celui du petit Raphaël, le nain chasseur de rats, qui confesse ses souffrances de vivre adulte dans un corps d'enfant, qui lui interdit à jamais l'amour auquel il aspire. La langue est riche et travaillée (mais petit bémol pour le lexique en fin d'ouvrage qui explique les mots en italique, pour ma part, j'aurai préféré des notes de bas de page pour ne pas interrompre ma lecture). Et l'histoire du cacao, passionnante, surtout pour une gourmande comme moi !


Merci à Babelio et aux éditions CAIRN pour la découverte de ce livre !