Hello tout le monde !

J'ai énormément de lectures en retard à vous faire partager (les moments dans les salles d'attente des médecins ou pendant les cours de musique de ma Damoiselle sont propices à la lecture ...), je commence par le dernier livre reçu dans le cadre d'une opération Masse Critique chez Babelio :

La Température de l'eau, de George Axelrod, éd. Sonatine.

30La-Temperature-de-leau

Etre un écrivain raté, c'est une chose. Mais quand on est en plus un père raté, un mari raté, un critique raté et un professeur raté à L'Ecole des Ecrivains de Best-seller, alors là, il ne reste pas grand-chose à faire. Harvey Bernstein hésite simplement sur la façon de mettre fin à cette longue suite d'échec ... difficile d'utiliser un pistolet alors que sa femme est présidente du Comité pour une législation saine des armes à feu. Reste l'option de la défenestration, ou les somnifères. Mais alors que ses tergiversations se prolongent, il reçoit au travail la candidature d'une jeune femme apprenti-auteur de best-seller, Cathy, et elle va tellement piquer sa curiosité (et ses fantasmes), qu'il va s'embarquer à sa rencontre dans une série d'aventures loufoques, rocambolesques, torrides et bien arrosées !
C'est typiquement le genre de bouquin dans lequel je n'aurais sans doute pas eu l'idée de mettre le nez, mais qu'on a beaucoup de mal à lâcher une fois qu'on est entré dans son atmosphère complètement délirante (d'ailleurs, il ne faut pas, car on perd vite le fil). Difficile parfois de faire la part entre réalité, hallucinations et fantasmes des personnages, mais les quiproquos et situations hasardeuses sont dignes de comédies hollywoodiennes, et on sent que l'auteur possède à fond son sujet lorsque l'on plonge dans la folie et la décadence des studios hollywoodiens, ce qui est normal étant donné qu'il a été pendant de longues années un scénariste à succès (notamment du film Diamants sur canapé avec Audrey Hepburn, inspiré d'une nouvelle de Truman Capote). Les personnages d'Harvey et de Cathy sont assez irrésistibles, comme le reste de la troupe rencontrée à Hollywood, condensés de caricatures sur pattes, mais qui nous font bien rire.
Un livre très distrayant, donc, à ne pas mettre toutefois entre toutes les mains pour cause de scènes de débauche assez explicites !

PAL 2017 30 sur 79