Hello tout le monde !

Après un super week-end nord-isérois, où nous avons vu plein de copains et passé une super journée aux fêtes médiévales de Crémieu, je n'ai pas touché mon aiguille et je fais donc faux-bond à SandRyne pour notre rendez-vous zoologique ... mais par contre, les trajets en voiture (avec chauffeur, aka Le Lutin en Chef) m'ont permis d'avancer un peu mes lectures ...

Et ce soir, je vous présente un livre que j'ai croisé au détour d'une étagère de la section jeunesse de la bibliothèque, et le nom de l'auteur m'a donné envie de l'emprunter tout de suite ...

Le Garçon qui nageait avec les piranhas, de David Almond, éd. Gallimard Jeunesse.

24 garçon nageait

 Stan est orphelin et depuis l'accident qui a coûté la vie à ses parents, il vit chez son oncle Ernie et sa tante Annie qui sont bons pour lui. Jusqu'au jour malheureux où l'oncle Ernie ayant perdu son travail, il décide de transformer sa maison en fabrique de poissons en conserve ... à longueur de journées, Stan travaille dans le bruit et la folie ambiante ... mais le jour de son anniversaire, alors qu'il se promène sur une fête foraine, il rencontre Dostoïevski et sa pêche aux canards, et treize poissons rouges qui pourraient bien changer sa vie ... pour de bon !

Le Garçon qui nageait avec les piranhas est un livre tout à fait déroutant ... on y croise des personnages étranges, qui ont un pied dans la réalité et l'autre dans la folie douce et la fantaisie cruelle. Stan est un garçon comme les autres, qui apprend à grandir et qui apprend que grandir c'est partir, quitter ceux qu'on aime, peut-être pour mieux les retrouver. Que sauver une vie, même celle d'un poisson rouge, cela peut en changer plusieurs autres à tout jamais. Que grandir c'est changer, mais que l'on peut changer en restant soi-même ...

J'ai pris ce livre parce que je me souvenais d'un autre livre du même auteur que j'avais lu, Le Jeu de la Mort ... et que sans me souvenir des détails, je me souvenais que ce livre m'avait marquée profondément, et que David Almond était un auteur à suivre. Je ne regrette pas une seconde mon impulsion, car même si en lisant les premières pages, je me suis demandée dans quoi je m'étais fourrée, très vite, j'ai été happée de nouveau dans le monde de l'auteur, ce monde où la frontière entre le réel et l'irréel est si mince qu'elle en devient parfois perméable, ce monde où la poésie côtoie la cruauté et où la tendresse frôle l'absurde et l'insensé ...

Ce livre est conseillé à partir de 9 ans ... et à tous les autres âges !

PAL 2017 24 sur 74