Cela faisait un petit moment que j'avais très envie de lire ce livre, et je me suis enfin décidée à le réserver à la bibliothèque ... aussitôt récupéré, aussitôt lu, ou plutôt dévoré en quelques soirées.

Le Liseur du 6h27, de Jean-Paul Didierlaurent, éd. Au Diable Vauvert.

19 liseur 6h27

Tous les matins à l'aube, dans le train qui l'emmène à un travail qu'il accomplit chaque jour avec répugnance, Guylain Vignolles régale les passagers de son wagon avec la lecture à voix haute de feuillets volants et déchirés ... les textes ne sont pas choisis pour leur contenu ou pour leur style, ce sont les seuls rescapés du carnage de la veille, des lambeaux frissonnants volés au nez et à la barbe de la terrible Zerstor 500 et de son chef, Kowalski.

Tous les jours, malgré son amitié avec le vieux Guiseppe et l'alexandrophile Yvon, Guylain a le sentiment de s'enfoncer un peu plus dans la déprime et le dégoût de lui-même, jusqu'au jour où il trouve par hasard sur son strapontin une clé usb contenant des textes qu'un amateur de mots tels que lui ne résistera pas au plaisir de lire. Dès lors, la curiosité le dévore concernant l'auteur de ces textes, et il se sent prêt à se lancer dans la difficile quête consistant à identifier ce mystérieux écrivain.

J'ai passé un excellent moment de lecture en compagnie de Guylain et des autres personnages hauts en couleur qui hantent les pages de ce petit roman terriblement bien écrit. Des souffles surprenants traversent les lignes, il y a du Zola dans la description de l'infernale Zerstor, des échos poétiques résonnent dans les voix d'Yvon et dans les "peaux vives" sauvées par Guylain, et que dire des textes merveilleux cachés sur la fameuse clé usb ... un roman à déguster avec délectation !

PAL 2015 19 sur 37