Bonne surprise la semaine dernière en passant à la médiathèque faire le plein avant la fermeture estivale, je suis tombée sur le septième et dernier tome de la série de manga La Cité Saturne, d'Hisae Iwaoka, éd. Kana.

35 cité saturne 7

Je vous avais déjà parlé des 6 premiers tomes de cette série de science-fiction poétique et atypique, où l'on se concentre sur la vie des personnages et pas sur leur environnement pourtant original, un gigantesque anneau construit à 35 km de la surface de la Terre abandonnée par ses habitants.

Pour relire ma critique des tomes 1 et 2, c'est ici, et des tomes 3,4, 5 et 6, c'est là !

Ce dernier volume nous délivre de la tension installée avec une violence inattendue au volume 6 !

Le conflit latent entre les niveaux inférieurs et les niveaux inférieurs est sur le point d'exploser, soigneusement entretenu par certains, et le projet d'envoyer une navette à la surface de la Terre se concrétise ... Mitsu se trouve au carrefour de tous les espoirs, de tous les rêves, de toutes les explosions potentielles ... et sur le point de réaliser son propre rêve, sa quête du père, de la dernière chose qu'a vue son père avant de mourir ... la surface de la terre ...

J'ai beaucoup aimé connaître enfin le dénouement de ces histoires, et suivre encore un peu le parcours de certains personnages attachants. D'un autre côté, je suis un peu restée sur ma faim concernant à la fois l'état de cette fameuse Terre désertée par ses habitants, et aussi les attentes de Mitsu ... mais finalement, ce flou artistique final ne détonne pas avec le reste de la série.

Une série vraiment originale, poétique et très bien dessinée, que je vous recommande chaudement !

 

PAL 2014 35 sur 53