Non, je ne suis pas devenue mystique, c'est le titre de ma dernière lecture en date ...

Premier appel du paradis, de Mitch Albom, éd. Kero.

25 premier appel du paradis

A Coldwater, petite ville sans histoire du Michigan, il n'y a jamais rien de bien palpitant à faire ni à voir ... jusqu'au jour où plusieurs personnes de la ville se mettent à recevoir des appels téléphoniques étranges, impossibles ... des appels passés par des proches maheureusement décédés ... d'abord incrédules, les habitants de Coldwater, et même au-delà, se passionnent rapidement pour ces appels mystérieux qui laissent entrevoir la possibilité d'une vie meilleure après la mort et surtout la possibilité d'échanger encore une fois avec ceux dont on désespère d'entendre encore une fois la voix ... Pour Sully Harding, en revanche, qui sort de prison pour retrouver une vie ravagée par la mort de son épouse, ces appels sont forcément l'oeuvre d'un détraqué, et il est bien déterminé à le prouver, pour que son fils unique ne passe pas son temps à attendre en vain un appel de sa mère disparue.

Je ne connaissais pas du tout cet auteur malgré la célébrité acquise lors de la parution de ses précédents ouvrages, et en particulier Les cinq personnes que j'ai recontrées là-haut. Mais j'avoue que l'on se laisse bien prendre au jeu de ce roman un peu énigmatique avec des personnages qui, à défaut d'être particulièrement attachants, ont suffisament de caractère pour que l'on s'intéresse à leurs tribulations. Ensuite, il y a la dénonciation de la manipulation médiatique (et politique, et religieuse, et sociale) qui entoure toujours les événements sortant de l'ordinaure. Et puis, j'avoue que j'ai été séduite par le fin mot de l'histoire. Pas de grande leçon de morale, mais de quoi réfléchir un peu après avoir refermé le livre : le deuil est-il plus facile à faire avec ou sans la foi, avec ou sans espoir de retrouvailles ? La religion est-elle une consolation ? A-t-on le droit d'utiliser la croyance (et la crédulité) des gens, même si c'est dans un but louable ?

Et enfin, je dois dire que j'ai particulièrement aimé les références à l'histoire de l'invention du téléphone par Bell qui parsèment le roman. Cela m'a fait penser à la voix-off du film Love Actually.

 

PAL 2014 25 sur 51