Cela faisait longtemps que je n'avais pas découvert un nouvel auteur japonais, c'est chose faite grâce au dernier Masse Critique de Babelio et aux éditions Philippe Picquier !

Le Restaurant de l'amour retrouvé, de Ito Ogawa, éd. Philippe Picquier.

41 Restaurant amour retrouvé

Rinco n'a pas eu beaucoup de chance dans la vie jusqu'à présent : elle ne sait pas qui est son père, elle a quitté le domicile familial à l'âge de quinze ans, ne supportant plus ses relations exécrables avec sa mère, et voilà qu'en rentrant d'un de ses nombreux petits boulots, elle découvre l'appartement qu'elle occupait avec son amoureux entièrement vide ... il est parti, emportant avec lui la moindre parcelle de leur vie à deux, et tous les instruments de cuisine patiemment et soigneusement accumulés au fil des ans ... Car Rincon a une passion dans la vie, une passion qui lui vient de sa grand-mère et qui pourrait la sauver, la cuisine ... elle aime plus que tout cuisiner des plats simples ou élaborés, traditionnels ou exotiques, des plats dans lesquels elle met toute son âme et tout son coeur, et tout ce qu'elle a tant de mal à partager avec les autres êtres humains.

Profondément meurtrie par cet abandon inexplicable, Rinco découvre qu'en plus d'avoir perdu son amour et tout ce qu'elle possédait, elle a également perdu sa voix. Incapable de communiquer autrement que par des petites fiches en carton, elle décide de retourner dans son village natal, fui depuis dix ans. Trouvera-t-elle là-bas une nouvelle raison de vivre ? La cuisine peut-elle la sauver, une nouvelle fois ?

J'ai énormément aimé ce petit roman sensuel et empli d'effluves délicieuses. La langue de l'auteur, qui a déjà publié des oeuvres destinées à la jeunesse mais dont il s'agit du premier roman, est fluide et imagée, en la lisant, on hume le parfum des plats et de la campagne japonaise, on sent craquer sous ses dents les fruits acidulés de l'automne. On s'attache rapidement à l'héroïne et on a envie d'en découvrir plus sur ceux qui l'entourent, sur sa mère et sur le secret de sa naissance ... mais le roman préfère rester dans l'instant, dans les sensations et les petits bonheurs glânés au fil des saisons, dans un style "tranche de vie" qui convient si bien à la délicatesse et à la fugacité des descriptions. Un vrai petit moment de grâce en lisant ses pages, et on comprend aisément que ce livre connaisse un succès international et ai donné lieu à un film au Japon ...

PAL 41 sur 69