Cet article est programmé, et en fait, j'ai lu en l'espace de quelques jours les deux romans précédents La Saveur de l'amitié et Manazuru et celui-ci (et même simultanément, pour Manazuru et celui-ci), et vous comprenez pourquoi je parlais d'univers et de cultures bien différentes ...

L'Epouse de bois, de Terri Windling, éd. Les Moutons Electriques.

29 Epouse de bois

Maggie Black est journaliste et écrivain. Le jour où elle apprend que le poète David Cooper, qu'elle a pris comme sujet de thèse et avec lequel elle a entretenu une longue correspondance amicale, est mort en lui léguant tous ses biens et notamment sa maison en Arizona, elle décide d'aller sur place, pour en savoir un peu plus sur les circonstances de sa mort et pour décider si elle écrira sa biographie. Et aussi un peu pour fuir le plus loin possible son ex-mari, Nigel, musicien talentueux mais légèrement autocrate et envahissant.

Mais une fois arrivée dans le désert de Sonora, Maggie va se retrouver confronté à un univers fascinant et dangereux, qui va remettre en question tout ce qu'elle croyait savoir de l'oeuvre de David Cooper, mais aussi de l'homme. Face aux peintures envoûtantes d'Anna Naverra, compagne de Cooper morte elle aussi dans des circonstances un peu mystérieuses, Maggie commence à toucher du doigt la magie qui coule à flots dans les canyons de ce désert.

J'avoue avoir été un peu déconcertée par ce livre en le commençant ... j'ai eu un peu de mal à entrer dans l'histoire et à m'attacher aux personnages puis insensiblement, je me suis prise au jeu, et j'avoue que ce livre m'a tenu éveillée un bon nombre d'heures ! Terri Windling, l'auteur, est une éditrice et anthologiste reconnue dans le milieu de la Fantasy et du Fantastique, mais c'est son premier roman. On sent bien entre les lignes une grande culture littéraire et poétique, mais qui n'alourdit pas le texte, au contraire, ça m'a donné envie de lire des poèmes (ce qui est plutôt rare, quand même). L'intrigue est bien maîtrisée, et les fils se tressent les uns aux autres au fil du récit, nous dévoilant au fur et à mesure les liens entre les personnages.

Bref, un roman que je vous recommande pour peu que vous aimiez les récits poétiques et fantastiques, les univers féériques, la peinture et la chaleur du désert.

Ah oui, j'allais oublier, si vous lisez ce livre, vous aurez sans doute très envie de découvrir l'univers pictural de Brian Froud, alors, c'est par là !

PAL 29 sur 56