Demande à la poussière, un film de Robert Towne (d’après le livre de John Fante), avec Salma Hayek et Colin Farrell :

demande

Quand Arturo Bandini arrive à Los Angeles, avec quelques dollars en poche et sa machine à écrire sous le bras, il pense qu'il n'aura qu'à se baisser pour cueillir l'une de ces belles plantes blondes et sophistiquées qui peuplent les rues de la cité des anges. Mais après quelques semaines passées dans la moiteur étouffante d'une chambre d'hôtel de seconde zone, il commence à déchanter et à compter les quelques pennies qui lui restent pour vivre. Dans un bar où il est venu dépenser royalement son dernier cent dans un café noir, il rencontre une belle mexicaine, Camilla, et ne peut s'empêcher d'humilier et de faire souffrir cette femme qui rêve d'accéder un jour à la nationalité américaine, par tous les moyens. Entre ces deux déclassés en qui la dure réalité des années 30 ne parvient pas à étouffer tout espoir, les relations sont chaotiques, passionnées, désespérées. Mais lorsque l'on est pas né du bon côté de la frontière, ou porteur d'un patronyme comme Smith ou Johnson, rien ne vous est jamais donné au pays du droit au bonheur.

Voir ce film m'a donné envie de lire le livre dont il est tiré, et qui est, paraît-il, un petit chef-d'oeuvre.

*    *    *

Comment rater complètement sa vie en onze leçons, de Dominique Noguez :

comment

Dans ce petit livre hilarant et, mine de rien, bourré de références philosophiques et littéraires, l'auteur nous apprend qu'il existe une science humaine appelé la "ratologie", qui demande des principes, une certaine ardeur à la tâche et quelques notions d'algèbre, mais qui permet dans la plupart des cas de rater sa vie de belle façon.

L'auteur charitable de cet essai révolutionnaire prend garde de prévenir ses ouailles : le ratage d'une vie est quelque chose d'éminemment subjectif, et il suffit de peu pour transformer une vie ratée en vie exemplaire, en vie de martyre ou en vie de génie (et le temps n'a que trop tendance à bousculer les critères et à prendre au rattrapage ceux qui avaient échoué à l'écrit ...).

Bref, un bon petit moment de détente pour vos zygomatiques accompagné d'un petit rappel de culture général.