Allez, commençons la semaine en images ...
Voici la présentation d'une bande dessinée que j'ai lue au départ pour mon travail (car elle parle d'Alzheimer, et que je devais en faire une chronique pour notre site internet), mais qui m'a vraiment bouleversée. Alors vous allez tester ma présentation avant tout le monde !

rides

Ernest est vieux. Ernest est seul. Ernest a parfois des trous de mémoire et ne peut plus vivre seul. Son fils décide de le placer dans une maison de retraite pour ne plus être confronté jour après jour à ce qu’il ne peut plus voir que comme l’ombre de son père.

Dans sa nouvelle résidence, Ernest est confronté à des situations cocasses ou désespérantes, à des individus cyniques ou résignés. Certains ne vivent plus que pour attendre l’heure du repas, l’heure du bingo, la visite hebdomadaire, voir mensuelle ou même annuelle des enfants et petits-enfants. Certains vivent dans leurs rêves, et voyagent depuis des années dans les splendeurs oubliées de l’Orient-Express. Certains enfin ne vivent que pour leur amour, qui ne les reconnaît même plus, mais qu’importe.

Au milieu de toutes ces vies fanées, Ernest essaye tant bien que mal de se faire une place, aidé par son voisin de chambre, désabusé et roublard. Essaye de ne pas tomber dans les brèches ouvertes dans sa mémoire … et surtout, de ne pas laisser entrevoir ses gouffres béants au personnel, qui pourrait alors lui diagnostiquer une certaine maladie irréversible qui le propulserait sans attendre au deuxième étage, celui que les pensionnaires n’évoquent qu’à voix basse, car on n’en revient pas.

Avec Rides, Paco Roca signe une œuvre profonde et poignante, émaillée de rires et de larmes, sur la vie, sur la mémoire, sur la terrible épreuve de la maladie d’Alzheimer. Les dessins épurés entrelacent avec tendresse passé et présent et nous entraînent dans un pas de deux nostalgique et vibrant d’amour.